AccueilL'HistoireLe FondateurOtake ShihanEsprit - Divinités

Notre Ryu
L'école au Japon
Vidéos
Galerie Photos
Bibliographie
Glossaire
Nous contacter
Fudo Myoo Shingon Fudo Myoo - Vajra
Divinité bouddhique de la secte Shingon, il le plus important des cinq rois protecteurs de Bouddha.

C’est à cette branche bouddhiste ésotérique Shingon et à son enseignement secret (Mikkyo) que se rattachent les recherches ancestrales de l’école Katori Shinto Ryu.

Son nom signifie l’Immuable. Il est le serviteur de l’humanité et vigilant à sauver l’humanité d’elle-même.
Fudo Myoo
En tant que dieu protecteur, Samourais et guerriers ont souvent adopté Fudo Myoo comme divinité protectrice. A ce titre il pouvait être gravé sur les lames (horimono), représenté sur les menukis, les tsubas, que ce soit sous sa forme la plus connue, sous la forme d’un dragon enroulé autour du ken, ou plus simplement d’un kanji.
Fudo Myoo
Fudo Myoo
Fudo Myoo
Fudo Myoo
Fudo myoo est immédiatement perçu comme particulièrement terrifiant avec son visage bleu foncé qui se dégage sur un fond  de neuf flammes d’or. Ses deux canines, aussi en or, l’une pointée vers le ciel, l’autre vers la terre expriment violemment la dualité dont il se fait le représentant.

En ce sens il protège, par son intense énergie, les êtres dans leurs confrontations avec le mal et les tentations de déviations, le but étant d’aider les êtres dans leur illumination spirituelle. La corde qu’il tient dans sa main gauche lui sert à immobiliser les déviants et à les ramener dans le droit chemin.
Fudo Myoo
Cette représentation divine de la dualité est donc celle aussi de l’immuabilité. C’est ainsi que dans sa main droite il brandit un Ken à double tranchant, tenu verticalement. Il s’en sert pour trancher le lien entre les afflictions matérielles et notre karma dans cette vie. Nous nous rappellerons à cet égard l’importance fondamentale qu’Otake shihan donne « au sabre de vie, au sabre de mort ».
Dans son chapitre  « comment se forme la personnalité »  remarquons ce que nous fait remarquer Otake Shihan :
« Parmi les différents chemins impliquant un apprentissage discipliné, la nature particulièrement dangereuse du budo demande une vigilance de tous les instants sur le chemin de l’apprentissage ».
Les mauvaises intentions destructrices  (satsujinken :  le sabre meurtrier) devront été apaisées ainsi que les hostilités insiste Otake Shihan, et il faudra que le pratiquant trouve les solutions pacifiques ; ce qui peut être recouvert par  « katsujinken »  soit « sabre donneur de vie ».
Nous ne manquerons pas d’articuler cette dernière remarque avec ce que nous trouvons au chapitre « les enseignements du Katori Shinto Ryu ».  Au début du mokuroku de l’école apparaît la phrase :  «  L’art de la guerre (heiho) c’est l’art de la paix qu’aucun homme ne devrait ignorer. »
Textes et Photos (Katori Shinto Ryu - Bourgogne) - avec l'autorisation de Otake Shihan